Glossaire du papetier

 

les

entrées

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Vanant. Nom donné en Dauphiné à une catégorie de papier de qualité moyenne.

 

Vélin. Parchemin* de très haute qualité, fin, blanc réservé aux livres de luxe. Les fabricants de papier ont cherché longtemps à imiter l’aspect du vélin. En France, c’est Pierre de Montgolfier* à Annonay en 1777 qui produisit les premières feuilles de papier vélin*.

 

Ventiler. Action visant à séparer les feuilles d’une pile avant utilisation sur machine. On dit aussi aérer le papier.

 

Vergé. Dont on voit par transparence la vergeure. Voir papier vergé*.

 

Vergeures. Fils de cuivre constituant avec les pontuseaux*, le tamis de la forme* à papier pour la fabrication du papier vergé*. Les vergeures sont perpendiculaires aux pontuseaux, l’ensemble apparaissant par transparence dans le papier. Voir aussi forme ronde vergeuse*.

 

Vernis. Encre* transparente, bril­lante ou mate déposée en presse*, sur une vernisseuse hors machine, destinée à protéger l’impression, ou à augmenter la brillance sur toute la surface de la feuille ou partiellement. Le vernis peut être réalisé sur toute la surface du papier ou sélectivement en fonction du rendu souhaité. On peut également décider de vernir une impression dans le cas où le séchage des encres s’annoncerait difficile.

 

Vernis calandré. Vernis très brillant et solide calandré à haute température.

 

Vernis machine. Vernis déposé en presse* améliorant sensiblement la brillance* et la résistance à l’abrasion* du tirage.

 

Vernissable (papier). Aptitude d’un papier à recevoir correctement un vernis. En cas de doute il est préférable de demander à son fournisseur des garanties pour cet usage. On peut écarter dans tous les cas les papiers poreux (comme le papier bouffant*), et les papiers offset* en général, sauf à procéder à des essais préalables.

 

Vernis sérigraphique. Vernis épais déposé en sérigraphie*, après impression du document, assurant une très grande brillance.

 

Vieux-papiers. En papeterie, nom donné aux papiers destinés au recyclage. Voir Papier recyclé* ou FCR*.

 

Vireur. Ouvrier d’un moulin* à papier et aide du leveur*. Il prenait les feutres* et les mettait en tas avant de les repasser au coucheur*. Cette fonction était souvent occupée par des apprentis, eux-mêmes souvent issus des familles employées au moulin.

 

Volumen. Support de l’écrit précédant le codex*. Le volumen se présente sous forme de rouleau. Principalement utilisé dans l’Égypte ancienne (-2600 environ), on utilisait des feuilles de papyrus raboutées* les unes aux autres. D’abord se déroulant à l’horizontale, puis à la verticale, sur papyrus puis sur parchemin*, il fut remplacé par le codex plus pratique d’emploi.

Assez curieusement, notre méthode actuelle de consultation sur internet fait appel à celle utilisée pour lire un volumen puisqu’on déroule le texte du haut vers le bas !

 

Xylographie. Procédé de reproduction le plus ancien réalisé en taille d’épargne* sur une planche en bois de bout* ou bois de fil*. C’est l’ancêtre de la typographie*. Les essences le plus couramment utilisées sont les fruitiers, comme le cerisier ou le merisier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

forme à papier vergé

 

accueil

 

jean claude émile perrin / le glossaire du papetier d'après seconde édition de l'auteur isbn 978-2-7466-4560-8 -2011/ tous droits de reproduction réservés / copie interdite sans accord