Glossaire du papetier

 

les

entrées

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

étiquette d'armure Arches 1760

la papeterie d'Annonay début XXé

Abaca (de l’espagnol abacà). Espèce de bananier originaire des Philippines (Musa textilis) qui pousse aussi à Bornéo et à Sumatra. Les feuilles de l’abaca fournissent une fibre* appelée vulgairement chanvre* de Manille.

Les fibres contenues dans les gaines des feuilles sont longues de 2 à 5 mm et de 10 à 30 µ de larges. Cette plante croît jusqu’à environ 6 m de hauteur. La fibre est utilisée pour fabriquer des ficelles, des cordes et du papier filtre*.

 

About. Base du cylindre de la pile hollandaise* qui broie les chiffons* pour faire le papier. De abouter, de à et bout, extrémité d’une pièce de bois ou de fer.

 

Absorption. Capacité d’un papier à absorber l’eau ou l’encre*. À l’impression, le pouvoir d’un papier à absorber l’eau, un vernis, de l’encre, détermine son degré de porosité*.

La qualité et la vitesse de séchage seront proportionnelles au degré de porosité du papier. L’utilisation de papier ou carton pour l’emballage de produits alimentaires est soumis à des tests d’absorption de liquides ou de graisses. Voir microporeux*, cobb*.

 

Abrasion. Problème survenant au cours du tirage* ou au façonnage*. Il résulte du frottement des feuilles entre elles et provoque des rayures ou des salissures. On remarque particulièrement ce phénomène lors d’impression sur des papiers couchés* mat ou demi-mat. Il est possible de pallier cet état de fait en appliquant un vernis* de protection.

 

Accordéon. Pliage en forme d’accordéon, appelé également Leporello.

 

Accotoir. Petit chevalet en bois fixé sur une planche en travers de la cuve de l’ouvreur* lui permettant de poser la forme à papier avant son passage au coucheur*. Synonyme de perroquet*.

 

Acidification. Phénomène que l’on constate dans les papiers fabriqués en milieu acide, (pH < à 7). L’eau présente dans le papier, en réaction avec le gaz carbonique contenu dans l’air ambiant, crée de l’acide carbonique. Il provoque un jaunissement* prématuré et diminue les caractéristiques physiques des papiers.

La majorité des papiers fabriqués industriellement à partir de cellulose*  de bois depuis son invention au milieu du XIXe siècle, jusqu’au milieu du XXe siècle ont été fabriqués en milieu acide. La conservation de ces documents pose un problème majeur que seul un traitement approprié peut rendre pérenne ; on parle de désacidification*.

 

Aciérage. Procédé permettant de déposer par électrolyse une couche d’acier sur une plaque de cuivre pour lui donner plus de résistance à un grand nombre de tirages. Voir chalcographie*.

 

À-côté. Laize* complémentaire demandée par le papetier afin de couvrir la largeur de sa machine. Cette exigence est souvent le fait de petites machines à papier qui doivent pour des raisons de rentabilité “couvrir” la laize au plus juste.

 

Adhérence. Phénomène où l’on constate une adhésion dans les feuilles de papier empêchant son utilisation dans les machines d’impression ou de transformation. Il s’agit la plupart du temps d’électricité statique*. L’adhérence est constatée sur la totalité de la feuille. On rencontre parfois ce problème sur un des côtés de la feuille ou une mauvaise coupe massicot* en est responsable. Voir aussi aimantation*.

 

Affinage. Après le raffinage* vient l’affinage. Après le défilage* où les chiffons ont été écrasés et broyés entre le cylindre et la platine de la pile hollandaise*, et le raffinage où l’on a transformé ces fibres en pâte à papier*, on cherche à supprimer les fibres* trop grosses restant en suspension. Le cylindre est serré contre la platine par son propre poids, voire au moyen d’une vis. Les fibres laminées de la sorte voient leur surface et leur pouvoir hygrométrique augmentés. Si la pile est équipée d’une platine en pierre de lave au lieu de lames de fer ou de bronze, l’affinage peut, s’il est maintenu longtemps, rendre les fibres transparentes et aptes à la fabrication du papier calque*.

 

Affleurer. L’affinage* consiste à abaisser le cylindre de la pile pour venir à fleur de la platine. La pâte à papier* est délayée dans l’eau avant son utilisation finale sur la machine à papier ou dans la cuve de l’ouvreur*.

 

Affût. Cadre en bois servant de support à la forme* à papier. La toile vergé* ou vélin* était cousue aux pontuseaux* fixés sur l’affût.

 

Afhepp. Association Française pour l’Histoire et l’Étude du Papier et des Papeteries. L’association a pour objet: d’encourager toute initiative utile à la recherche scientifique et à la diffusion des connaissances sur l’histoire du papier et des papeteries, d’encourager les contacts personnels et les échanges d’idées sur des bases internationales, nationales ou régionales, de contribuer à sauvegarder les monuments et documents historiques concernant le papier, d’encourager l’inventaire scientifique des monuments, des documents et de la littérature historique du papier et des papeteries, d’accroître le prestige de la recherche scientifique et de l’enseignement dans le domaine en question, d’encourager la formation de jeunes universitaires. Le siège de l’AFHEPP est établi au Musée du Papier à Angoulême depuis 2008. Si vous êtes intéressés, venez nous rejoindre, voir page des liens.

 

Afnor. L’Association Française de Normalisation créée en 1926 a établi une classification de tous les papiers et cartons* selon leur composition fibreuse et leurs caractéristiques* techniques. Cette classification est peu utilisée aujourd’hui. On rappellera pour mémoire qu’il y a 7 classes de papier, chacune subdivisée en 2 ou 5 types. La qualité afnorVII est dite surfin. Le surfin type I est composé à 100 % de pâte chimique* blanchie et le type 5 à 100 % de chiffon.

 

Ailes de moulin (basculage et impression en). Opération qui consiste à faire pivoter de 180° les feuilles d’un tirage pour les repasser en presse sans changer la forme imprimante* et sans changer de couleur. Cette technique permet d’imprimer deux ou plusieurs éléments complémentaires d’un imprimé ou d’une page dans la même teinte et sur la même face du papier. L’imposition* nécessite de placer ces éléments côte à côte et symétriquement par rapport à l’un des axes de la forme.

 

Aimantation. Problème se posant notamment à la table de marge* lorsque les feuilles de papier restent collées entre elles pour cause d’électricité statique* trop importante. Un papier trop sec ou une humidité relative ambiante trop faible ou les deux à la fois peuvent être à l’origine de ce phénomène. Voir humidité* (perte d’).

 

Ais. Planches de bois intercalées entre les porses* lors de la mise sous presse.

 

À la forme (papier). Expression désignant un papier réalisé feuille à feuille. Certains papiers fabriqués sur machine à forme ronde* portent cette dénomination. Nous préférons employer le terme de papier à la main* pour éviter tout malentendu.

 

À la main (papier). Se dit d’un papier fabriqué à la forme*, feuille à feuille. Les marques assurant de cet état sont les quatre bords formes* et le filigrane* attestant de l’origine.

Jusqu’à l’apparition des premières machines à papier (voir Robert* Louis-Nicolas) tous les papiers étaient fabriqués à la main. Aujourd’hui, seuls quelques rares artisans perpétuent cette tradition en Europe, (France, Belgique, Angleterre, Italie) et en Asie, (Chine, Japon, Corée, Inde, Népal). Leur utilisation est réservée aux ouvrages d’art et aux estampes*. Les papiers à la main sont par principe réalisés à partir de pâte de chiffons* de lin*, chanvre* ou coton* ou de linters*. Les papiers orientaux sont issus de pâte de kôzo*, gampi* et mitsumata*.

 

Alfa (pâte et papier d’). L’alfa est une graminée poussant en Afrique du Nord et dans le sud de l’Espagne. Les feuilles constituées de fibres* courtes de 1,5 mm à 2 mm de longueur et 10 µ de largeur permettent la fabrication d’un papier de qualité. Cette plante a fait partie des nombreux succédanés* au chiffon à la fin du XIXe siècle et a connu un développement important au début du XXe siècle.

Le papier d’alfa est d’un épair* fondu, d’une bonne opacité* et bouffant*. Caractéristiques propres à la fabrication de livres de luxe. On doit à André Navarre (1868 -1942), papetier visionnaire et grand bâtisseur, le développement de cette qualité de papier. Le cahier d’écolier Héraclès® alfa neige, fait figure d’emblème.

L’utilisation accrue de fibres de feuillus et de résineux comme l’eucalyptus* mettront à mal la pâte d’alfa d’un coût supérieur et d’une disponibilité moindre.

 

Allongement (encre). Action d’ajouter à l’encre* des produits destinés à réduire la viscosité ou à diminuer la force colorante.

 

Allongement (papier). Dans un papier en format d’origine industrielle, l’allongement est toujours plus sensible dans le sens travers* que dans le sens machine* (sens des fibres). Il peut provoquer des défauts de repérage* en quadrichromie*. Le papier à la main*, compte tenu de ses spécificités, ne pose pas de problème d’allongement différent entre le petit côté et le grand côté de la feuille.

 

Allumette. Petite cigarette*.

 

Alun. Sulfate de potassium et d’aluminium hydraté. L’alun introduit en Italie à partir du XVe siècle a été longtemps utilisé en papeterie pour fixer et stabiliser les colles d’origine animale comme la gélatine. Voir collage*. Industriellement, l’alun est utilisé pour précipiter les agents collants sur les fibres. Voir colophane*.

Pour une utilisation efficace, l’alun exige de travailler en milieu acide. De fait, les papiers collés en masse sont de type acide et vieilliront rapidement. Voir acidification*.

Les papiers collés en surface à la gélatine ou colle de peau supportent les années comme en témoignent tous les ouvrages antérieurs au XIXe  siècle. On privilégie aujourd’hui pour les papiers d’impression un collage en milieu neutre. Voir permanence*.

 

Amalgame. Imposition* de différents travaux dans un même tirage*.

 

Amballard. (anc) Brouette qui servait à transporter la pâte à papier, de la pile à la cuve à ouvrer*.

 

Amidon. D’origine végétale, l’amidon améliore l’état de surface du papier comme le kaolin*, le talc* ou le carbonate de calcium*. Souvent mélangé à ces derniers, il est déposé en size-press*.

 

Amour ou Amoureux. Mais non ce n’est pas la Saint Valentin ! Se dit d’un papier qui aime l’encre ou plus précisément qui prend bien l’encre. Expression utilisée notamment en typographie* ou en chalcographie*.

 

Andouille. Défaut dans la fabrication du papier à la main* où certaines parties de la feuille accumulent plus de pâte. Voir aussi châtaignée* (feuille).

 

Andrachné. De La Lande* écrit dans son ouvrage, L’Art de faire le papier, Paris 1761 :

« Il y a aussi un papier dont on fait beaucoup d’usage, qui est composé de la pellicule intérieure du chu-ku ou ku-chu, et c’est même de cet arbre que ce papier est appelé ku-chi. Lorsqu’on en casse les branches, l’écorce se pèle facilement en longues courroies comme autant de rubans. Les feuilles de cet arbre ressemblent beaucoup à celles du mûrier sauvage, mais le fruit a plus de ressemblance avec la figue. Ce fruit sort des branches sans aucun pédicule. S’il est arraché avant sa parfaite maturité, la plaie donne un jus laiteux comme la figue. En un mot, cet arbre a tant de rapport avec le figuier et le mûrier, qu’il peut passer pour une espèce de sycomore. Cependant il ressemble encore plus à l’adrachne, qui est une sorte d’arboisier de grandeur médiocre, dont l’écorce est douce, blanche et luisante, mais se fend en été, parce que l’humidité lui manque. Le ku-chu, comme l’arboisier, croit sur les montagnes et dans les terrains pierreux ».

Si l’auteur écrit adrachne, le terme andrachné définit une sorte d’arbousier appelé également portulaca pourpier. L’écorce de l’arbousier est brune ; elle s’exfolie en lanières fines et longues. Il est à noter qu’aucune encyclopédie professionnelle ne parle de ce type de papier, mais il faut faire confiance à notre cher de La Lande !

 

Ange Bleu. Écolabel* créé en 1978 à l’initiative du ministère de l’intérieur et de l’environnement allemand. Bénéficient du label Ange bleu des produits durables et écologiques. Pour la papeterie, seuls les papiers recyclés bénéficient de cette norme. La fabrication du papier recyclé* est moindre consommateur d’énergie,  tout en préservant les ressources forestières. D’importance en Allemagne, ce label est peu reconnu par les consommateurs en France.

D’autres labels et normes internationales ou européennes concernant la protection de l’environnement et l’écologie ont fait leur apparition depuis quelques années.

 

Annonay (papeteries d’). Chef-lieu de l’Ardèche et centre historique de la papeterie en France depuis 1692. En 1780, Annonay comptait quatre moulins à papier appartenant aux familles Montgolfier* et Johannot*.

Pierre de Montgolfier met au point le papier vélin* en 1777. En 1807, Barthélemy de Canson*, gendre d’Étienne de Montgolfier invente le papier calque*, la coloration de la pâte en 1809, et installe en 1822 la première machine à papier en France.  Le nom de Canson précédera dorénavant celui de Montgolfier. Un musée situé dans la maison natale des Montgolfier retrace cette épopée.

 

Anticryptogamique (papier). Traitement dans la masse du papier destiné à le rendre insensible aux moisissures*. Pratiqué pour certains papiers utilisés en milieu humide comme le papier pour étiquettes de bouteilles de bière, d’eau minérale...

 

Aplat (impression). Impression d’une couleur non tramée ou tramée à 100 %. Voir trame*.

 

À-plat (papier). Qualificatif indiquant la bonne planéité du papier. “Ce papier a un bon à-plat ! ”. Le passage en machine se fera dans de bonnes conditions.

 

À plat (impression). Expression donnée à un tirage* tel qu’il sort de la presse* sans autre intervention. L’imprimeur peut avoir pour mission de confier la suite du travail à effectuer au relieur, au pelliculeur ou à un façonnier. Voir façonnage*.

 

Apprêt. Technique visant à améliorer l’état de surface du papier par passage dans une calandre* afin de le lisser ou satiner entre deux plaques de zinc.

Pour résister à la guerre des prix* que se livraient les premiers fabricants de papier “à la mécanique” dans les années 1830, certains se sont lancés dans la fabrication de papiers apprêtés. Les Papeteries du Marais* en faisaient partie ; cela leur a permis de maintenir une politique de prix élevés auprès des éditeurs parisiens. L’état de surface du papier pouvait être glacé ou satiné.

 

Arches (papeterie d’). Les plus anciens documents attestant de l’existence de la papeterie d’Arches (Vosges) remontent en l’an 1464 et en 1506. Ce dernier document est un libellé écrit par le Receveur d’Épinal où il est dit  “Marc papellier* d’Arches, doit chascun an, au terme de Noël, pour son moulin à papier seant sur le ruy d’Archettes VIII deniers”.  À partir de cette date, différents propriétaires poursuivirent l’activité. On peut citer notamment Pierre Augustin Caron de Beaumarchais qui dirigea la papeterie en la modernisant à partir du 14 juillet 1779. Il céda l’affaire en novembre 1788.

En 1953, le regroupement des papeteries d’Arches, de Johannot* (Ardèche), du Marais* (deux usines dans la Brie près de La Ferté-Gaucher, Seine-et-Marne), donne naissance au groupe Arjomarais. En 1956, l’usine de Rives* (Isère) rejoint le groupe, qui se dénommera Arjomari*, puis après de nouvelles concentrations Arjomari-Prioux. La papeterie d’Arches est l’usine pilote du groupe. Elle fabrique les produits les plus nobles dont le fameux Vélin* d’Arches que tous les graveurs et lithographes connaissent bien.

En 1980 on y transfère la fabrication du Vélin BFK de qualité similaire et produit jusqu’alors à l’usine de Rives. En 1990, le groupe Arjomari s’internationalise et fusionne avec le groupe anglais Wiggins-Teape et la firme américaine Appleton et se nomme dorénavant AWA*. Début 2011, AWA se sépare de l’usine pour la céder au papetier suédois Munksjö cédant ainsi la papeterie la plus emblématique du groupe.

 

Arjomari. Voir Arches*, Johannot*, Rives*, AWA*.

 

Armure. Ancien nom désignant la macule*. La Lande* précise : “Couverture ou enveloppe grossière des rames de papier fin, qui est formée de deux traces ou feuilles de gros papier bleu ou gris”.

 

Arrachage. Décollement des fibres* ou de la couche du papier lors de l’impression. Ce problème apparaît lorsque les forces de traction notamment dues au tack* de l’encre sont supérieures à la cohésion du support. Les parties se détachant de la feuille vont se déposer sur les blanchets* et provoquer des manques à l’impression sur les feuilles suivantes. La preuve de ce défaut est constatée par un prélèvement sur la forme imprimante* au moyen d’un adhésif qui permet une analyse en laboratoire si nécessaire. Il ne faut pas confondre arrachage et pétouillage*. Voir résistance superficielle (du papier)*.

 

Arrêts de machine (impression). Petite conversation amicale entre l’imprimeur et le papetier : “Je ne suis toujours pas livré et ma machine est à l’arrêt depuis 2 heures…” autrement dit “Vous allez me le payer… et cher”. On sous-entend par là qu’il ne pourra y avoir de négociation sur le coût horaire !

 

Assignat. Voir papier monnaie*.

 

Au trait. Document ne présentant que du texte ou du trait, sans tramés ni photos.

 

Aussedat-Rey (groupe).  Groupe papetier constitué en 1971 de la fusion d’Aussedat Pont-de-Claix avec PCC (Produits Chimiques et Celluloses ) Rey. La dynastie des Aussedat prend naissance au milieu du XVIIIe siècle à Vidalon où Jean Ossedat est employé aux papeteries de Montgolfier. Propriétaire des papeteries de Cran près d’Annecy en 1810, son petit-fils Jean-Marie Aussedat y installe une machine à papier en 1842.

En 1960, le groupe Aussedat s’associe aux papeteries du Pont-de- Claix. En 1971, il fusionne avec PCC-Rey. En 1972, Aussedat-Rey acquiert les Papeteries de France (créées par Pierre Bergès* en 1920). Le groupe sera absorbé par International Paper* en 1989.

 

Avec Bois. Définition usuelle des papiers contenant pour tout ou partie de la pâte mécanique*. À l’inverse on parle de papier sans bois*. Ces appellations purement commerciales ne sont utilisées qu’entre le papetier et l’imprimeur ou l’éditeur. Où le « avec bois » préjuge d’un papier plus jaune, non permanent, mais plus opaque et de grammage plus faible.

 

Awa. Groupe papetier européen né de la fusion en 1990, du groupe Arjomari* avec le groupe anglais Wiggins-Teape et la firme américaine Appleton. Compte tenu de son histoire, la société reste le leader des papiers spéciaux et des papiers de création. Une stratégie récente la place en leader des papiers recyclés graphiques. En 2011, l’usine d’Arches* est cédée au suédois Munksjö, et l’usine de Rives* sera mise à l’arrêt en fin d’année.

 

Azurants optiques. Adjuvants utilisés lors de la fabrication de la pâte, destinés à donner l’illusion d’un papier très blanc. Ces produits ont la particularité d’absorber les rayons ultra-violets puis de les restituer sous forme de rayons sensibles à notre œil et ainsi augmenter la blancheur apparente.

Autrefois, les azurants utilisés comme le bleu de Prusse ou le bleu Guimet n’étaient en fait que des colorants agissant comme tels. La teinte bleue atténuait les reflets jaunâtres rencontrés dans les pâtes mal ou peu blanchies.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

filigrane Arches 1582

l'alfa

le leveur soulève la forme

salle des piles papeterie d'Essonnes fin XIXé

sens allongement / sens travers

Assignat de 100 francs

usine d'Aussedat Pont de Claix

 

accueil

 

jean claude émile perrin / le glossaire du papetier d'après seconde édition de l'auteur isbn 978-2-7466-4560-8 -2011/ tous droits de reproduction réservés / copie interdite sans accord